Prix Cinevox 2014 au FIFF : voilà le jury !

Pour la troisième année consécutive, Cinevox est presenting sponsor du FIFF aux côtés de la RTBF.

Et pour cause: le Festival international du film francophone de Namur est un des grands événements cinématographiques de la rentrée avec le FFO à Ostende et les BNP Paribas Fortis Film Days. Cinevox est donc un partenaire actif et enthousiaste des trois manifestations.

 

Pour formaliser cette collaboration namuroise, un Jury Cinevox composé de quatre passionnés de cinéma belge décerne depuis 2012 un prix très spécial au meilleur long métrage belge francophone inédit projeté à Namur pendant cette semaine. Le vainqueur remporte une semaine de promotion gratuite en salles, offerte par Brightfish, la régie publicitaire du cinéma qui a imaginé le projet Cinevox, en partenariat avec BNP Paribas Fortis.

 

Le jury de ce prix Cinevox est toujours composé de cinéphiles non professionnels, de tout âge, qui pourront voir tous les films du festival, mais devront naturellement assister aux projections des longs métrages belges qui peuvent prétendre au prix. À l’issue du festival, ils se réuniront avec leur parrain pour décider du titre qu’ils désirent mettre en valeur.

Même si le prix s’appelle Cinevox, il est totalement indépendant de notre équipe.

Cette année, ce jury sera encadré par l’excellent journaliste Eric Russon (ARTE Belgique). Il succède à Christine Pinchart qui a accompli un superbe travail d’accompagnement l’an dernier.

 

 Prix 2012 – photo FIFF

 

En 2012, c’est Hors les murs de David Lambert qui a remporté le prix Cinevox. L’an dernier, c’est Yam dam de Vivian Goffette qui a coiffé tous les favoris de l’épreuve. Cinevox a ensuite accompagné ces deux films en proposant notamment des Cinevox Happenings.

Celui de Yam dam aura lieu ce 24 septembre à Bruxelles dans le cadre des BNP Paribas Fortis Film Days. En présence de l’équipe.

 

  Prix 2013 – photo FIFF – Yam dam sort le 24 septembre

 

Le 20 août, nous vous avions offert de postuler à ce jury et vous avez été deux fois plus nombreux qu’en 2013 à nous solliciter. Une augmentation d’autant plus positive que ce travail demande pas mal de disponibilités pendant une semaine (du 3 au 9 octobre), ce qui n’est pas forcément évident pour tout le monde.

 

 

Comme d’habitude, ce sont les responsables du FIFF qui ont choisi les quatre jurés. Ils ont été retenus sur base d’une critique de film envoyée par mail, selon des critères permettant de représenter le mieux possible le spectre des cinéphiles intéressés par le cinéma belge : deux hommes, deux femmes, des âges et des univers variés, etc….

 

Voici les heureux élus :

 

Madyson Herbrecht aura 22 ans le 17 septembre. Elle est originaire du Borinage et étudie à Bruxelles depuis 3 ans. Elle dévore le cinéma avec avidité, et l’écriture est chez elle une seconde nature.

Elle est actuellement à l’Insas, école de cinéma, où elle suit une formation d’opérateur son. Par la suite, elle compte entreprendre des études de communication, afin de devenir agent artistique dans la musique.
Pour convaincre les sélectionneurs, elle a décortiqué le film d’Hélène Cattet et Bruno Forzani, L’étrange couleur des larmes de ton corps

 

 

 

 

 

Mathieu Didembourg a trente ans. Il est chauffeur de direction à l’Université de Namur, passionné de cinéma… et de volley-ball. Il entraîne d’ailleurs une équipe féminine.

Cinéphile boulimique, il possède une vidéothèque de plus de 1000 titres et passe pour une véritable encyclopédie sur le 7e art entre 1985 et aujourd’hui.

Il a défendu sa candidature en décortiquant deux films qu’on aime tout particulièrement : Mobile Home et Dead man Talking.

 

 

 

 

Ce n’est pas trahir un secret que de révéler que Chantal Donceel-Bordet sera l’aînée du jury. Passionnée de cinéma et de théâtre depuis longtemps, elle aime partager avec d’autres son point de vue sur les films qu’elle visionne au cinéma avec des amis.

Les relations interculturelles l’intéressent beaucoup. Ses préférences vont aux films d’auteur francophones, africains (elle a vécu au Rwanda) et asiatiques. Enseignante pendant 35 ans, elle a eu très souvent le plaisir de proposer à ses élèves des films « forums » qui étaient ensuite analysés et disséqués.

Dans son mail, elle nous a parlé de The broken circle breakdown.

 

 

 

Jeremy Van Cromphaut, 27 ans ne nous a, jusqu’ici pas appris grand-chose de lui. On sait simplement qu’il est assistant social, très intéressé par les médias et qu’il réside à Uccle.

Par contre, il s’est fendu pour défendre sa candidature d’une analyse enthousiaste et très pertinente d’Au nom du fils, l’avant-dernier film de Vincent Lannoo avec une prestation mémorable d’Astrid Whettnall.

Un texte qui a séduit les sélectionneurs du FIFF; et nous avec, même s’il est important de rappeler que nous n’avons pas participé à la sélection.

 

 

 

 

 

Les quatre heureux élus deviendront les ambassadeurs de notre projet et remettront le prix au lauréat lors d’une soirée très spéciale, organisée dans le cadre du Festival à Namur, le jeudi 9 octobre en présence de nombreux professionnels. Un moment de grande convivialité comme vous le confirmeront ceux qui y ont assisté l’an dernier.

D’ici là, ils passeront une semaine forcément inoubliable dans une des manifestations les plus sympathiques de la planète ciné. Que du plaisir, donc.

Regardez aussi

un_silence_6041_2

1ère image pour « Un silence » de Joachim Lafosse

Les Films du Losange International et Variety ont dévoilé cette semaine une première image du …

Sahifa Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.